Valoriser votre fumier ? Une solution à votre portée : Val'fumier.fr

Initié par le GHN avec la participation de l'IFCE et des Chambres d’Agriculture, le programme Val'fumier facilite la mise en relation entre producteurs et valorisateurs de fumier équin tout en offrant des informations clés sur la gestion et la valorisation de ce dernier.

La plateforme de mise en relation « Val’fumier.fr », actuellement déployée sur tout le territoire en France, permet d’identifier par l’intermédiaire d’une cartographie des offres de fumier déposées gratuitement par des structures équines pour des valorisateurs potentiels. Ce site internet donne aussi accès à des ressources documentaires et réglementaires, ainsi qu’à des témoignages de solutions de valorisation réussies avec du fumier équin.

Cette plateforme innovante et interactive s’étend désormais en Nouvelle Aquitaine, vous pouvez dès à présent proposer et rechercher du fumier dans l’ensemble de la région !

De plus en plus de valorisateurs de fumier s’intéressent à la plateforme, mais pour que cela fonctionne il faut que vous soyez très nombreux à proposer votre fumier sur le site, dans le but d’inciter des porteurs de projets à s’installer dans un secteur riche en gisements de fumier, ou tout simplement pour permettre à des agriculteurs proches de mieux connaitre l’offre locale.

 


Comment stocker mon fumier ?

Le fumier de cheval est réglementé conformément au Règlement Sanitaire Départemental (RSD), qui établit des exigences en matière d'hygiène et de salubrité pour tous les détenteurs d'équidés, qu'ils soient amateurs ou professionnels. Des règles spécifiques s'appliquent dans les zones considérées comme "vulnérables" en matière de stockage et d'épandage, conformément à la Directive Nitrates. La gestion adéquate du fumier équin est essentielle pour limiter les nuisances environnementales. Ces réglementations définissent les distances d'implantation des bâtiments et de stockage, ainsi que les conditions requises pour la fumière et la capacité de stockage nécessaire.

Il est interdit de brûler le fumier à l’air libre ou de le déposer au champ directement sorti des écuries. Il est impératif de se conformer à ces normes pour éviter les problèmes de pollution et se conformer aux dispositions légales en vigueur.

 


Comment est valorisé mon fumier ?

Le fumier équin, autrefois considéré comme un déchet, revêt aujourd'hui une valeur considérable dans l'agriculture. Cependant, un cadre réglementaire rigoureux encadre son utilisation, sa transformation et sa commercialisation, assurant le respect des normes sanitaires. Qu'il soit transformé en compost ou utilisé directement comme engrais, il présente des avantages notables : il enrichit le sol en matières organiques et en potasse, améliorant ainsi sa structure et sa rétention d'eau. Le fumier de cheval peut être valorisé de différentes manières, en fonction de sa composition, de la réglementation et des besoins spécifiques de l'exploitation agricole ou équestre : 

  • Compostage : Le fumier de cheval peut être transformé en compost organique riche en éléments nutritifs. Le compostage implique le mélange du fumier avec d'autres matières organiques. Ce compost peut ensuite être utilisé comme amendement pour enrichir les sols en nutriments. Les analyses indiquent qu'après compostage, aucun résidu médicamenteux n'est détecté, garantissant la maîtrise des agents pathogènes.

  • Méthanisation : Cette méthode consiste à décomposer la matière organique du fumier en l'absence d'oxygène pour produire du biogaz et du digestat. La composition du fumier influe sur sa capacité à générer du biogaz. Le biogaz peut être utilisé comme source d'énergie, tandis que le digestat peut servir d'engrais. 

  • Utilisation directe comme engrais (agriculteurs professionnels uniquement) : Le fumier de cheval peut être appliqué directement sur les terres agricoles pour améliorer la fertilité du sol (agriculteurs professionnels uniquement). Cependant, cela nécessite souvent une gestion minutieuse pour éviter les risques de surcharge en éléments nutritifs, notamment en azote, qui pourraient contaminer les eaux souterraines.

  • Utilisation en champignonnières : L'utilisation en champignonnières est courante pour favoriser la croissance et la santé des champignons grâce à ses propriétés nutritives et fertilisantes.

Documentation sur la gestion et la valorisation du fumier : Reférences documentaires

 


Contact

Chambre Régionale Agriculture : Elise Cazeaux   valfumier@na.chambagri.fr 

IFCE : Véronique Mouxaux  dt.na@ifce.fr